• Laurie D.

Ces 9 (mauvaises) raisons qui nous poussent à tromper notre partenaire

Souvent sans le voir venir, une aventure extra-conjugale peut arriver à n’importe qui, même et surtout aux plus catégoriques d’entre-nous qui tiennent à leur morale de fidélité avant tout. Qu’est-ce qui sous-tend ce mécanisme ? Quels sont les éléments qui peuvent nous amener à vivre cette situation inconfortable ?



De manière étonnante, le pourcentage de relation hors couple est le plus grand dans les deux premières années de mariage. En effet, les femmes se demandent si elles ont fait le bon choix et « testent » d’autres partenaires, sachant qu’il nous faut deux années de vie commune avec une personne pour vraiment apprendre à la connaître.


De plus, malgré les idées reçues, il n’existe pas de typologie de l’homme ou la femme infidèle, et cela peut arriver à tout le monde si la situation s’y prête. La plupart du temps, le/la conjoint.e infidèle est même souvent moralement opposé.e à l’adultère. Même si certains sont des coureurs/euses obsessionnels et avérés, personne n’est à l’abri de la tentation. Les hommes se laisseront plutôt tentés par une occasion, les femmes sont plutôt dans la planification lorsqu’une distance émotionnelle commence à s’installer au sein du couple.


Dans « Pourquoi les hommes veulent du sexe et les femmes de l’amour », les auteurs Allan et Barbara Pease ont construit neuf catégories de relations extra-conjugales : premièrement, la liaison « Suis-je encore capable de séduire ? ». Cette liaison nous permet de redécouvrir les frissons de la séduction et nous rassure sur notre valeur, nous permettant de continuer la vie de couple sereinement après avoir clôturé cette sortie de contrat.


Deuxièmement, la liaison « crise de la maturité » : le temps passe, nous arrivons à un âge où les questions existentielles se posent, la mort se ressent autrement, et un sentiment d’urgence d’action, de réalisation, d’expérimentation de quelque chose de fou nous pousse à tenter une liaison qui nous rendra vivant.e. Peut-être qu’une thérapie pourra faire la même chose avec moins de dégâts… ?


Troisièmement, la liaison « Comment serait-ce avec quelqu’un d’autre ? » qui est une cause fréquente d’adultère au début d’une relation sérieuse. Les doutes sur nos choix nous poussent à expérimenter et comparer. Peut-être se séparer pour réfléchir aura le même effet, sans les souffrances ?


La quatrième liaison est celle de la « bombe à retardement » : notre couple ne nous épanouit plus, et la peur d’affronter la vérité ou la discussion fatidique nous pousse à une relation extra-conjugale. Inconsciemment, nous laissons des indices clairs pour que notre partenaire nous pousse à la discussion que nous redoutons tant. Cette liaison n’est qu’un prétexte pour ne pas discuter, donc le plus simple serait…. de dialoguer sereinement et franchement avec notre partenaire. Cela fera moins de dégâts pour tous le monde.


La cinquième catégorie est la liaison qui sert de « vengeance » : nous avons été trompé, nous prenons notre revanche pour égaliser le score ou pour lui faire sentir ce que nous avons pu vivre. Se lancer dans cette aventure nous procure de la culpabilité et notre estime de nous-même risque d’en souffrir, car ce n’est pas un choix d’expérience mais c’est une forme de violence envers nous-même. Prendre rendez-vous chez un psychologue pour surmonter notre colère envers notre conjoint.e sera probablement plus bénéfique pour nous.


La sixième catégorie est la relation « une épaule pour pleurer ». Lorsque les rapports sexuels sont secondaires avec notre amant/maitresse et que nous passons la plupart de notre temps à parler, pleurer et partager nos émotions, nous cherchons en lui/elle une thérapie gratuite. Nous nous sentons compris.e, écouté.e, soutenu.e,… bref, tout ce qu’un.e thérapeute peut nous apporter aussi.


La liaison suivante concerne les personnes qui se disent « J’ai droit à mieux ». Des changements professionnels (promotion,…) ou physiques (perdre du poids, améliorer notre look,…) ont augmentés notre valeur ou ont fait perdre de la valeur à notre conjoint.e (perte d’emploi, néglige le couple,…). Peut-être qu’une bonne discussion avec notre partenaire pour faire un nettoyage de printemps et donner un coup de neuf sur notre relation de couple actuelle nous permettra une remise à niveau satisfaisante ?


Ensuite, la liaison « il/elle ne satisfait pas mes besoins » apparait lorsque notre partenaire refuse de répondre à quelque chose dont nous avons vraiment besoin : discussion à cœurs ouverts, lien émotionnel, fantasmes particuliers,… Un.e sexologue peut nous aider à développer des stratégies appropriées, sauf si ces besoins sont plus importants que la relation elle-même. Dans ce cas, il s’agira peut-être de quitter ce partenaire…


Enfin, la liaison « involontaire » concerne les personnes qui n’ont rien vu venir. Lorsque les conditions sont là, n’importe qui peut céder à la tentation. Nous ne savons même pas la raison de cette liaison, mais elle est là, et c’est agréable. Cette histoire nous permet de mettre en lumière une carence du couple que nous n’avions pas vu ou pas voulu voir. Une thérapie de couple serait plus ajustée à la situation et évitera les remords, culpabilité, colère et autre joyeusetés.


Pour conclure, rompre le contrat de base de la fidélité, s’il a été clairement décidé ainsi par les deux partenaires (voir le post Les 2 sujets de discussion tabous au sein des couples) a toujours un impact nocif sur notre vie de couple. Cela suppose de mentir, de perdre en authenticité, de surmonter seul.e des émotions de colère ou de culpabilité. Cette dernière émotion amène souvent de l’agressivité chez celui/celle qui ment, ne permettant plus une discussion et relation saine au sein du couple. Mettre fin à notre aventure et/ou consulter un spécialiste des relations de couple permettra de redémarrer sur des nouvelles bases de confiance et de transparence.




Pour aller plus loin :


- Allan et Barbara Pease « Pourquoi les hommes veulent du sexe et les femmes de l’amour. Les explications scientifiques derrière les vérités toutes simples. », First Éditions, 2009 ;


- Consultations de love coaching en présentiel ou à distance ;


- Constellation familiale en individuel ou en groupe sur les relations amoureuses, les schémas répétitifs, les relations toxiques,...


- Ateliers de groupe Étincelle d'Amour à Auderghem



Cet article t'a aidé dans la compréhension de tes schémas relationnels et amoureux ? Pense à le partager, diffuser, liker pour qu'il bénéficie au plus grand nombre, merci !


De plus, ces contenus sont gratuits et sans publicité. Mais cela a un coût en temps (1/2 jour par article) et financier (hébergement,...). Si tu ressens un élan du cœur pour contribuer au cercle vertueux du donner-recevoir, c'est sur TIPEEE ! Merci !



49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Merci pour votre demande d'abonnement !