• Laurie D.

"Les opposés s’attirent" ou "Qui se ressemblent s’assemblent" ?

Les dictons populaires contiennent souvent une part de vérité. Mais lorsque ces derniers sont contraires, lequel dit vrai ? Quel type de couple a-t’-il le plus de chance de tenir sur la durée ? Qu’en disent les études scientifiques sur le sujet ?



Yvon Dallaire, psychologue et sexologue, nous parle de la compatibilité amoureuse. Selon lui, les couples les plus stables et les plus heureux auraient une ressemblance sur différents plans : physique, sociale, psychologique, émotive et spirituelle. Comme nous le précisions dans l’article « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants », l’idéalisme de notre époque tend à rendre nos attentes irréalistes par rapport au couple et à la relation amoureuse en général. Notre envie de « tout en un » et du « prince charmant » pour une relation parfaite et fusionnelle ne correspond malheureusement pas à la réalité du quotidien.


En effet, les conflits et désagréments au sein du couple sont inévitables. C’est pourquoi avoir un degré de compatibilité plus grand permet de mieux résoudre ces conflits et donne une espérance de vie de couple plus longue. La probabilité du bonheur conjugale augmente avec le nombre de domaines de vie qui sont compatibles. Explications.


Tout d’abord, deux personnes trop similaires tombent rarement follement amoureuses : nous avons besoin d’une dose de nouveauté et de différence pour pouvoir nous aimer. Trop de ressemblances tuent l’attirance, tels des amis qui s‘entendent « comme frères et sœurs » et auront du mal à sexualiser leur relation. Il se trouve que néanmoins une base amicale promet une longévité de couple. Par ailleurs, au lieu et place de l’éternel « coup de foudre » fantasmé (voir post Le mystère du coup de foudre dévoilé par la psychogénéalogie), prenons soin d’observer notre compatibilité avant de nous engager.


Premièrement, concernant la compatibilité physique : nous sommes attirés par des personnes qui possèdent des traits physiques semblables aux nôtres. Nous finissons effectivement par nous ressembler physiquement au fil du temps, et ce, pour la plupart des couples. En effet, les couples heureux à long terme sont ceux qui sont les mieux assortis physiquement : plus ou moins le même âge (avec une différence en moyenne de 2 ans en faveur des hommes), environ la même taille à 11 centimètres près, et probablement le même gabarit. De plus, une balance similaire entre le besoin de stabilité et la recherche d’intensité (sensations fortes,…) permet à un couple d’atteindre une harmonie physique, sensuelle et sexuelle.


Ensuite, de nombreuses recherches ont démontrés que les partenaires ayant le plus de chance de rester heureux et ensemble sur le long terme sont ceux qui ont la même compatibilité sociale : c’est-à-dire qu’ils viennent du même milieu socio-économique, qu’ils ont le même niveau d’éducation, ils possèdent la même origine ethnique, la même couleur de peau et ils pratiquent la même religion.


En outre, la moitié des français ont trouvé leur partenaire amoureux dans le même département que celui où ils vivent et démontrent un plus grand bonheur que ceux provenant de départements différents, de nationalités différentes, d’origines ethniques ou religieuses différentes. D’ailleurs, la majorité des couples se forment à l’école ou au travail : pas besoin de courir le monde pour trouver l’amour de notre vie !


Troisièmement, concernant la compatibilité psychologique, les études de typologies évaluent les caractères selon trois critères : l’émotivité (notre capacité vibratoire), l’activité (notre capacité à nous mettre en action) et le retentissement (notre impulsivité plus ou moins forte). Les recherches ont prouvés que deux personnes ayant des caractères trop semblables (comme par exemple deux amorphes) ou trop éloignés (un amorphe et un colérique) avaient plus de difficultés à bien s’entendre. Les couples qui se complètent de manière la plus harmonieuse possèdent de faibles différences sur ces trois critères : le passionné est tempéré par une moins passionnée, le non-émotif est stimulé par une émotive moyenne (mais va fuir une hyper-émotive),…


Quatrièmement, au niveau de la compatibilité émotive, il s’agit de la maturité émotionnelle que nous avons reçu de la part de nos parents quand nous étions enfant. Notre partenaire est notre miroir, car il possède la même (im)maturité émotive que nous possédons nous-même.


Par exemple, si nous avons peu d’estime de nous-même, nous allons attirer un.e partenaire amoureux.se ayant également une faible estime de lui/elle-même. Ou encore, une femme étant dans une attitude maternante dans le cadre de son couple va attirer un partenaire homme-enfant immature en réponse directe à sa propre manière d’agir. Lors des crises conjugales, l’objectif sera d’arriver à se remettre en question et de modifier ces comportements pour grandir ensemble en maturité émotionnelle. Malheureusement, la plupart du temps, cela se résout par des reproches envers le/la conjoint.e, suivit d’une rupture et puis la recherche d’un.e nouveau.lle partenaire qui continuera à jouer notre petit jeu.


Dans le même ordre d’idée, si nous sommes empathiques, ouverts, autonomes, matures émotionnellement, responsables, bien dans notre peau et confiants, nous avons des chances d’attirer une personne similaire et aussi positive que notre énergie l'est (voir post Comment attirer la personne qui nous correspond ?). Nous sommes alors à même de vivre des moments de fusion avec l’autre sans perte d’autonomie, puisque nous sommes deux êtres individualisés.



« Dans l’amour accompli, il y a préservation de l’intégrité de l’individualité, dans le sens paradoxal où deux êtres se permettent d’être un, tout en restant deux »

Eric Fromm, « L’Art d’aimer »



Enfin, au sein d’un couple, nous avons plus de chances de bien nous entendre si nous possédons le même sens moral, éthique et des valeurs identiques. C’est la compatibilité spirituelle. En effet, le confort matériel n’est pas un signe de bonheur conjugal, c’est plutôt le fait de partager une philosophie de vie et un sens élevé des valeurs humaines, comme par exemple la dignité, l’engagement, l’honnêteté et le respect. Avoir conscience de faire partie d’un tout plus grand que soi, se sentir à sa juste place au sein de la société permet un épanouissement personnel, conjugale et communautaire. L’égoïsme sain (je prends soin de moi) s’allie spontanément avec l’altruisme sain (je prends soin de l’autre comme l’autre le souhaite).


En conclusion, « Qui se ressemblent, s’assemblent » est le meilleur dicton que l’on puisse trouver pour s’orienter vers une relation de couple stable sur le long terme et qui apporte le bonheur aux deux partenaires. Ces derniers ayant des personnalités semblables sans être identiques, possédant les mêmes traits de caractère, un même niveau intellectuel, une même perception de la vie, un même avis sur les rôles sexuels, une même ouverture d’esprit, le même lot d’attentes réalistes face au couple et à la vie quotidienne, un sens de l’humour compatible, le même niveau d’énergie et les mêmes idéaux assortis d’une capacité d’adaptation similaire, ont le plus de probabilités de vivre une vie de couple épanouie et de connaître le bonheur conjugal au quotidien.



Pour aller plus loin :


- Consultations de love coaching à distance ou en présentiel à Bruxelles ;


- Atelier de groupe sur les relations amoureuses à Auderghem ;


- Groupe de parole « HP & Vie Amoureuse » ;


- Événements de Slow Dating - rencontres entre célibataires ;


- Yvon Dallaire et Catherine Solano, « Qui sont ces couples heureux ? Gérer les crises et les conflits du couple », Editions Option Santé, 2008



Tu as apprécié cet article ? Il t'a fait avancer sur ton chemin ? Pense à le diffuser, liker, partager pour en faire bénéficier le plus grand nombre ! Merci !



90 vues

Merci pour votre demande d'abonnement !

Consultations à l'Espace Bien-être du

Point de Beauté

70 av. de Biolley

1150 Bruxelles

DEGRYSE Laurie

Love coach

Événements bien-être

& rencontres entre célibataires

  • White Facebook Icon