• Laurie D.

Ces portes de l’amour qui sauvent notre (futur) couple

Isabelle Padovani, animatrice en CNV et Communification® nous explique un chemin utile et indispensable pour être heureux dans notre (future) relation de couple : les quatre portes de l’amour. Elle affirme que si nous en tenons compte, nous serons à même de co-construire une vie de couple épanouie et saine. Allons voir cela de plus près.



La porte de l’Unité


La première porte de l’amour est la porte de l’Unité : il s’agit de passer de l’impression de manque au sentiment de plénitude. Nous avons à découvrir notre unité intérieure nous permettant de goûter ensemble la complétude. Pour passer cette porte, cela nous demande d’avoir pleine conscience de notre autonomie affective : nous ne sommes pas drogué de l’amour de l’autre et nous ne lui demandons pas de nous combler (voir post précédent Comprendre et se libérer de la dépendance affective). Pour arriver à cette autonomie affective, il nous est indispensable de nous libérer des blessures de notre passé (voir post En quoi certaines blessures d’enfance influencent nos relations amoureuses ?).


De plus, nous devons reconnaître et connaître nos propres besoins pour pouvoir les nourrir nous-même, sans attendre du partenaire de les nourrir à notre place. Il est toutefois évident que certains besoins comme le relationnel ou la tendresse sont plus faciles à vivre à deux. Mais toute la différence se trouve dans la manière d’approcher le partenaire pour lui demander de la tendresse : est-ce que j’y vais comme un.e mendiant.e en manque d’amour, ou bien est-ce que je m’approche de lui/elle avec une énergie positive et d’abondance ?


Comment aller demander sainement à notre partenaire quelque chose qui nous manque ?


Premièrement, identifions la taille de ce besoin (de tendresse par exemple) : est-il petit, moyen ou grand ? Deuxièmement, imaginons à l'avance la sensation de le recevoir. A quoi cela ressemblerait de le recevoir ? Troisième étape, en respirant profondément, demandons-nous quelles seraient les sensations corporelles que cela nous procurerait ? Comment est-ce que nous le vivrions dans notre corps ? Enfin, la quatrième et dernière étape est celle de nous approcher de notre partenaire de manière positive avec l’énergie du « J’ai envie de vivre cela (de la tendresse par exemple), j’aimerais la partager avec toi » que nous le prononcions verbalement ou non, mais qui de toute façon se dégage de notre démarche puisque nous y sommes déjà connecté.e dans notre corps. De cette manière, notre partenaire reçoit déjà de la tendresse et est probablement beaucoup plus enclin.e à nous en offrir à son tour, remplissant alors notre propre besoin.



La porte du Courage


La seconde porte que Isabelle Padovani nous propose est celle du courage nous permettant de passer de la peur à l’ouverture vers une réelle intimité de couple. Il s’agit de nommer à l’autre quand nous avons conscience d’un blocage, d’une peur, d’une de nos limites. Cela permet au partenaire de prendre patience (ou non) le temps que nous allions le guérir (seul.e ou avec l’aide d’un.e thérapeute). Une alliance bienveillante se crée ainsi dans le couple dans laquelle nous prenons chacun notre part de responsabilité dans notre croissance personnelle. Nous avons le courage de voir et de dire nos blessures même si elles ne sont pas (encore) guéries.


En effet, nommer nos protections permet de rassurer l’autre qu’il/elle n’y est pour rien dans notre réaction peut-être inadéquate ou disproportionnée : « J’ai peur quand tu… et c’est lié à moi, la part qui me protège d’une blessure, c’est ma limite aujourd’hui et je vais aller voir un.e thérapeute pour guérir. Merci de me soutenir et d’être patient.e ». Nous évitons ainsi le jeu des fermetures : une réaction de fermeture due à une blessure non résolue, provoquant en face une fermeture d’incompréhension.



La porte de l’Extra-ordinaire


Cette troisième porte de l’extra dans l’ordinaire permet l’engagement dans une relation de couple. En effet, nous passons de l’idéalisation de l’autre et de la relation dans le quotidien à un réalisme du quotidien dans lequel nous y insérons de la magie pour créer de l’extra.


Effectivement, dans la vie quotidienne nous finissons par nous habituer à l’autre. Comment garder la surprise et la nouveauté du début ? L’idée principale est de garder notre virginité de cœur : regarder notre partenaire comme si nous ne le connaissions pas. Par exemple, l’eau d’une rivière n’est jamais la même, pourtant il s’agit toujours de la même rivière…


Permettons à l’autre de nous surprendre dans ses réactions, laissons-lui l’opportunité d’évoluer sans le/la figer dans une case du connu. Nous-même, nous sommes changeants : si nous sortons de nos conditionnements nous pouvons également sortir notre partenaire de ce que nous nous attendons de lui/elle. Comme pour les besoins, si nous aspirons à du nouveau, il faut d’abord nous-même nous permettre d’être dans le neuf. Entraînons-nous à changer nos habitudes, à célébrer le quotidien, à célébrer le réel. Permettons-nous de célébrer ce que nous aimons chez notre partenaire, lui dire ce que nous aimons chez lui/elle chaque jour. Un couple est comme une plante : nous arrosons une plante pour lui permettre de grandir… notre couple aussi. Et puis seulement partager avec lui/elle nos difficultés.



La porte de l’Alliance


Cette quatrième et dernière porte nous permet de passer du conflit à l’alliance, nous faisant alors goûter la communion au sein du couple. En effet, lorsqu’un conflit naît dans une relation, nous nous retrouvons en désunion. Comment dès lors garder l’alliance ? En faisant le choix conscient tous les jours d’être et de rester alliés. L’outil de la Communication Non Violente peut aider ainsi que d'autres comme décrit dans le post Les outils de communication indispensables à la survie d’un couple (en confinement).


Pour maintenir cette alliance, il est important de communiquer sur nos besoins plutôt que sur les moyens. Comprendre les besoins de son/sa partenaire, entrer dans ce qui est précieux pour l’autre, et vérifier s’il/elle a bien entendu nos besoins avant de faire une demande claire, concrète et réaliste. Rester dans une attitude de curiosité aimante : qu’as-tu vécu aujourd’hui ? Comment te sens-tu ? Tout en gardant à l’esprit que nous utilisons des langages d’amour différents. Poser des actes d’amour quotidien pour lui montrer le nôtre, dans sa propre langue, parce que nous avons à cœur de l’aimer comme il/elle est.



Pour aller plus loin :


- Consultations de love coaching à distance ou en présentiel


- Week-end d’exploration et de guérison de ses schémas amoureux en octobre 2020


- Slow Dating : événements de rencontres pour célibataires



Cet article t'a parlé ? Il t'a apporté une clé de compréhension importante pour toi ? Pense à le diffuser, partager, liker ou commenter pour en faire bénéficier le plus grand nombre ! Merci !



Merci pour votre demande d'abonnement !

Consultations à l'Espace Bien-être du

Point de Beauté

70 av. de Biolley

1150 Bruxelles

DEGRYSE Laurie

Love coach

Événements bien-être

& rencontres entre célibataires

  • White Facebook Icon